Expérience, Vie

Aurevoir mon Franchou…

15 décembre 2015

Mon cousin d’amour…nous étions des alliés de sang…les petits derniers des soeurs fusion. Égarés, vulnérables, mais perceptifs et passionnés, nous étions habités des mêmes décharges électriques.

 Je me reconnaissais en toi et je crois que toi aussi d’une certaine façon. Nous partagions la même nature d’hypersensible, nous parlions le même language, nous étions complice.

 Enfant tu m’intriguais…tu avais quelques années de plus que moi, tu étais un garçon fougueux, indocile et avide…je réclamais ta présence parce qu’elle me faisait du bien…plus tard j’ai compris que c’était de ta vivacité dont je raffolais.

 Il y a quelques années ce même élan s’est transformé en débordement, je t’ai vue dégringoler et à ce moment je t’ai accueilli chez moi. Pendant ces quelques mois je tentais de te lire, mais la noirceur prenait trop de place dans ton âme…je t’ai vue te battre comme un guerrier et, finalement, choisir la lumière.

 Tu es parvenu à te reconstruire et à t’offrir la vie que tu désirais et que tu méritais. Je t’ai tant admirée et continuerai de t’admirer tout en tentant du mieux que je peux de me servir de cet exemple de résilience que tu nous a légué et ce, jusqu’à ce que la vague m’emporte à mon tour.

 Mon Franchou, j’ai le coeur lacéré face à l’injustice qu’un être aussi vivant que toi ne puisse plus vivre aujourd’hui, que ta vie soit interrompue si tôt, meurtri à l’idée de ne plus jamais te voir, de ne plus jamais entendre ton rire franc et bien à toi, de ne plus jamais avoir la chance de fêter le réveillon de noël en ta compagnie, comme nous étions, il y a quelques jours seulement, entrain d’organiser ensemble, et de ne plus jamais vivre avec toi ces rencontres musicales que nous partagions parfois et qui faisaient de notre famille la plus riche qui soit et de toi, le cousin le plus merveilleux du monde…

 J’ai tant de peine. La vie est si cruelle. À ma peine j’appose un léger baume, celui de te savoir dans les bras de Loulou en ce moment.

 J’ai été privilégiée de t’avoir dans ma vie et serai, à jamais reconnaissante, du soutien et de l’amour fraternel que tu m’as toujours offert généreusement. Tu étais si précieux pour moi. J’ai été, et serai éternellement, fière d’avoir été ta cousine.

 Tu laisses derrière toi une amoureuse extraordinaire et lumineuse à la hauteur de ce que tu étais et une petite Julia remplie de cette même essence magnifique qui émanait de toi…nous en prendrons soin mon cousin…ils héritent aujourd’hui de l’abondance d’amour que nous avions pour toi. Je t’aime tant. Pour toujours. Milou xxx

 

Logo Mes Petites Révolutions

(vidéo hommage à Franchou) Brunch musical en famille…

 

Abonnez-vous pour recevoir les infolettres et pour avoir accès à du contenu exclusif!


*Tous les liens d’achat proposés sur Mes Petites Révolutions sont en affiliation, ce qui signifie que s’il y a une vente, j’obtiens une petite commission.

Aurevoir mon Franchou…Amazon | Archambault | Renaud Bray | Kobo

Pas de commentaire

Répondre

Vous allez peut-être aimer ces articles

Recettes gourmandes, coups de coeur culturels et récits de voyages!