Voyages

Chine

24 avril 2015
Chine blogue de voyage

Beijing/Pékin ( mon 1er choc culturel)

La Chine est un tout autre monde, un monde somptueux et fascinant, mais elle a quelque chose de mystique et d’insolite aussi. Les contrastes avec nous sont à l’image de nos dialectes : à tous les niveaux, ce pays est à des années-lumière de notre réalité.

C’est en Chine que j’ai vécu mon vrai choc culturel, à commencer par l’atmosphère sonore qui se résume aux klaxons assourdissants des voitures et aux « raclements de gorge » des hommes, suivie de la dégoutante expulsion massive d’une mousse au sol. Mais ensuite, c’est l’amabilité des gens qui m’a sauté aux yeux dès que je suis atterri à Beijing…j’ai été impressionnée par l’accueil presque princier que l’ont m’a alloué. Étant donné que j’y allais pour le travail, tout avait été organisé, je n’ai donc pas eu à vivre le « casse-tête » que doit être celui de se faire comprendre et de trouver son chemin dans ce pays où les gens qui parlent une autre langue que le Mandarin ou le Cantonais sont quasi inexistants. On m’avait engagé une traductrice qui m’a suivie comme mon ombre pendant les 3 mois de mon voyage. Les très rares occasions où cette dernière me laissait à moi même, je me retrouvais systématiquement dans des situations cauchemardesques; des heures à bord d’un taxi, seule, la nuit, à tenter d’expliquer au chauffeur où se trouvait mon hôtel, par exemple.

Il faut dire que je logeais à 4 heures de route de la grande ville de Pékin, dans un village de campagne, là où, on n’avait pratiquement jamais aperçu d’occidentaux. La preuve, on me dévisageait sans aucune retenu, on voulait constamment me toucher et me prendre en photo, comme si j’étais un cyclope ou tout autre étrange phénomène de cirque. Pourtant je suis plutôt ordinaire; cheveux noirs, yeux bruns, rien de très exceptionnel…je me demande bien comment ils auraient réagi si Dolly Parton avait visité leur village!?!

Visites touristiques

Je m’empressais donc de retourner dans la capitale à la première occasion. Chaque fin de semaine était consacrée à une différente visite touristique; l’extraordinaire cité interdite; un palais de 72 hectares construit au début du 15e siècle, abritant les trésors impériaux de l’ancienne civilisation chinoise, ou la prodigieuse construction qu’est la muraille de Chine; un impressionnant chemin de pierres long de près de 7000 km délimitant le nord du pays.

Une fois que tous les « incontournables » chefs d’oeuvres de l’histoire chinois ont été « cochés » sur ma liste, je me suis mise à explorer tous les recoins de la ville…je voulais pénétrer dans leur univers, je voulais saisir la nature de ce peuple et chacune de ses coutumes. J’ai découvert beaucoup de pauvreté et de misère, des conditions de vie précaires, et donc des réalités extrêmement déchirantes.
$30* off on all International Flights. Book Now!

img_4580-2 img_4560-2 img_4595-2 img_4581-2 img_4530-2 img_4582-2 img_4639-2

 

Shanghai (la futuristique)

De la pauvreté, j’en ai également vu à Shanghai, et encore plus troublante que celle de Beijing, due au fait que dans cette ville prospère, les pauvres sont condamnés à cohabiter avec l’autre côté de la médaille. Les contrastes sont gigantesques, c’est inhumain, ce phénomène crée donc des monstres, des enfants aux visages tuméfiés par leurs mères qui tentent par tous les moyens de gagner la pitié des étrangers pour retirer quelques sous, et ce, sous les yeux insensibles des citadins nantis. À Shanghai, où les gratte-ciel rutilants nous donnent l’impression d’avoir été projeté dans le film Blade Runner de Ridley Scott, futuriste et inédite, cette ville est désorientante jusque dans ses moindres recoins…

 

Le marché

…comme celui sur lequel je suis tombée un après-midi par hasard; un petit marché typique à toit ouvert réservé aux locaux, exactement le genre de découverte que j’aime faire lorsque je voyage. Par contre cette fois, j’ai eu droit à la totale en dépaysement; insectes dans le sirop, brochettes de rats, petites boules roses fluo non-identifiées, petites boules noires non identifiées, bestioles et monstres marins sortis directement d’un film d’horreur, crevettes farcies aux minis asticots… bref, nombres de kiosques vendant toutes sortes de mets plus alléchants les uns des autres. Cela dit, à leur défense, ma traductrice chinoise m’a appris qu’ils avaient tous la même aversion jumelée de fascination face à nos célèbres pizzas, nos légendaires steaks, et à la vue de ce « truc » (blanc la plupart du temps) qui pue parfois, que l’on appelle; fromage.

La Chine, tu m’auras ébranlée, saisie, bouleversée même, mais je crois bien que cette aventure aura été bénéfique sur moi…à bien des niveaux.

 

Logo Mes Petites Révolutions

1927890_27829025248_2264_n 1927890_27829070248_5579_n 1927890_27829050248_4206_n 1927890_27828990248_9942_n 1927890_27828940248_6340_n 1927890_27829085248_6624_n 1927890_27828895248_3697_n 1927890_27829075248_5927_n 1927890_27828955248_7349_n 1927890_27829005248_946_n 1927890_27828970248_8387_n1927890_27829055248_4547_n-21927890_27829045248_3869_n-21927890_27829010248_1264_n-21927890_27829030248_2598_n-21927890_27829060248_4891_n-21927890_27829065248_5235_n-2

Abonnez-vous pour recevoir les infolettres et pour avoir accès à du contenu exclusif!


*Tous les liens d’achat proposés sur Mes Petites Révolutions sont en affiliation, ce qui signifie que s’il y a une vente, j’obtiens une petite commission.

ChineAmazon | Archambault | Renaud Bray | Kobo

Pas de commentaire

Répondre

Vous allez peut-être aimer ces articles

Recettes gourmandes, coups de coeur culturels et récits de voyages!