J'écoute, Musique

J.J. Cale

29 juin 2016

Cocaine/J.J. Cale

Crazy Mama/J.J. Cale

Cajun Moon/J.J. Cale

After Midnight/J.J. Cale

 

Il était une fois, J.J. Cale.

Un auteur, compositeur et interprète américain, qui a passé sa vie à faire de la musique entre l’Oklahoma et Los Angeles, et qui aura choisi de fuir la lumière et de rester dans l’ombre du succès jusqu’à sa mort en juillet 2013. Son histoire me fait penser à Rodriguez, parce que tout comme cet artiste découvert à tort par la sortie d’un documentaire magnifique intitulé « Searching For Sugar Man« , les oeuvres de Cale, bien connues de plusieurs, auront vécu leurs vies de façon ingrates, planant dans le mystère de leur créateur.

Dans les années ’70, il offrira quelques-unes de ses merveilleuses compositions à Eric Clapton qui en recevra tout le crédit, et ce même si elles étaient de pauvres versions, selon moi. Je pense à des chansons telles que Cocaine et After Midnight pour en citer seulement deux.

Neil Young a dit un jour que J.J. Cale était non seulement le maître du minimalisme, mais le meilleur guitariste électrique qu’il aura connu, avec Jimmy Hendrix bien sûr…et je suis tout à fait d’accord, même si je sens le besoin d’ajouter Jimmy Page et Dan Auerbach à cette liste!

Apposant sa poésie bien unique sur des mélodies Blue Grass, Country, rock, et Blues, unissant le son sexy de l’harmonica à cette voix usée, mais riche, et envoutante, que seuls nos pionniers du genre, tels que Bob Dylan, Dire Strait ou Joe Cocker, maitrisaient à la perfection! J.J. Cale n’avait rien à envier à tous ces grands artistes de la même époque, il avait TOUT ce qu’il fallait pour séduire, mais son aversion face à la célébrité, due à sa peur de se dénaturer, a eu comme conséquence de restreindre son auditoire.

J’ai eu envie de lui rendre hommage ici, pour toutes les raisons que j’ai énumérées ci-haut, mais d’abord et avant tout, parce que ses chansons font partie des premiers sons que j’ai entendus de ma vie (à l’intérieur même du ventre de ma maman), parce qu’elles ont bercé mon enfance, et parce qu’elles parviennent encore aujourd’hui à me remplir de bonheur.

À la question: « Vous devez choisir un seul album qui vous suivra pour le reste de vos jours, vous choisissez lequel? » Je réponds sans hésiter: « Le Very Best Of de J.J.Cale« . Par contre, je devrai trouver une façon d’y ajouter ma chanson préférée de tous les temps Don’t Go To Strangers, que vous pourrez entendre ici Don’t Go To Strangers/J.J. Cale

Bonne découverte!

 

Abonnez-vous pour recevoir les infolettres et pour avoir accès à du contenu exclusif!


*Tous les liens d’achat proposés sur Mes Petites Révolutions sont en affiliation, ce qui signifie que s’il y a une vente, j’obtiens une petite commission.

J.J. CaleAmazon | Archambault | Renaud Bray | Kobo

Pas de commentaire

Répondre

Vous allez peut-être aimer ces articles

Recettes gourmandes, coups de coeur culturels et récits de voyages!