Vie, Restaurants, Voyages

Mon top 13 des adresses gourmandes sur Paris

31 mars 2017

Mon top 13 des adresses gourmandes sur Paris

 

Pour ceux qui avaient lu l’article de mon séjour sur Paris d’il y a quelques années, vous vous rappellerez que je n’avais pas beaucoup de fleurs à lancer aux restaurants du moment. D’une part, j’étais blasée des brasseries traditionnelles, servant les redondants steaks tartares et pommes allumettes, ou encore l’emmerdante salade niçoise, et puis je reprochais à la nouvelle vague de restaurants à la mode se qualifiant de « bistronomique » et offrant de la « cuisine d’auteur », d’être inaccessible et inabordable. Sans parler du fait qu’une des rares fois où j’étais parvenue à obtenir une table dans l’un de ces établissements (au tant louangé « Frenchie » pour ne pas nommer de nom), on m’avait servi un ver blanc escaladant calmement ma boule de burrata, comme un prix de consolation pour avoir attendue 2 misérables heures accotée sur la façade du restaurant. Mettons que ça n’avait pas aidé à rallumer la flamme gourmande de la blogueuse en devenir.

Bref, ce sentiment est bien loin de moi aujourd’hui, la preuve, j’y suis retournée il y a deux mois, et cette fois, j’en suis revenue gavée et comblée. Vous dire que je me suis réconciliée avec la gastronomie de la ville lumière serait un euphémisme…j’ai non seulement redécouvert la force des chefs français, mais je suis surtout, tombée en amour avec la créativité des nouveaux venus. En 3 ans, il y a eu une explosion de Néo-Bistrot, c’est-à-dire, de petits restaurants avec une vingtaine de places maximum, en cuisine, de jeunes passionnés qui ont parcouru le monde à la recherche d’inspirations, et sont revenus en terre natale pour nous concocter de petits chefs-d’oeuvre, riches d’un héritage solide, mais moderne et inventif, et tout ça pour des prix raisonnables. Dans ces menus généralement teintés d’influences venant de partout autour du monde, on retrouvera souvent une touche nipponne, puisqu’il y a de plus en plus de japonais au sein des brigades de cuisines parisiennes…pour mon plus grand bonheur.

Je vous propose donc mes coups de coeur, ainsi que mon choix des adresses « hot » du moment…

Clown Bar 

Mon top coup de coeur, et clairement celui de beaucoup de Parisiens, puisque le Clown Bar est considéré comme LE resto de l’heure. Ce chef japonais et son équipe, anciennement au chic restaurant Saturne, se sont installés aux côtés du cirque d’hiver de Paris, dans ce petit monument historique du 11e arrondissement, garni de tuiles de la belle époque sous la thématique de « clowns », donnant au lieu une atmosphère magique. Sota Atsumi s’inspire de son Tokyo d’origine bien sûr, mais on goûte davantage l’influence de son pays d’adoption… il compose avec des choix très français; tels la cervelle, l’encornet ou la ventrèche.  Il créer des assiettes audacieuses et inspirées, avec la finesse que sa culture lui a léguée. Les amateurs de vins nature seront ravis du choix des sommeliers.

Septime

Le Septime, pionnier du mouvement « Néo-Bistrot », a ouvert ses portes en 2010, dans le coeur du 11e arrondissement, le quartier en vogue de Paris. Derrière ce projet à succès, le déjà étoilé Bertrand Grébaut, ancien chef de cuisine de l’Agapé, et avant aux côtés de Alain Passard, Joël Robuchon et Bernard Pineau. Par contre, malgré qu’il aura fait ses classes dans des établissements classiques, auprès des plus grands, le jeune chef a voulu faire de son adresse un restaurant accessible et sans prétention. Il décrit sa cuisine comme; « Naïve, spontanée et balancée », portant l’attention sur le produit, toujours de première qualité et saisonnier. Pour avoir la chance de déguster le somptueux travail de Bertrand Grébaut, il faudra s’y prendre d’avance. Même si le Septime se veut simple et convivial, il est rapidement devenu victime de son succès, étant enlacé par les critiques du monde entier, il faut donc compter parfois plus de deux mois avant d’avoir une table.

Clamato

Le 2e restaurant de Bertrand Grébaut, assis juste à côté de son grand-frère le Septime, est un hit total. Cette fois l’idée était de créer un lieu à l’atmosphère un peu new-yorkais, un peu festif et très très trendy. Sous la thématique de la mer, on retrouve au menu de petits plats simples, mais intelligents et précis…les nombreux ceviches, les huitres, les couteaux de mer, ou les acras de crabe sont absolument impeccables.

Abri

Ce minuscule restaurant tenu par le chef Katsuaki Okiyama (formé chez Robuchon et Taillevent), est une perle rare selon la majorité des critiques gastronomique, mais c’est tellement difficile d’obtenir une réservation que s’en est frustrant. Pourtant, ce n’était pas du tout ce que le chef japonais envisageait avec ce projet, mais son fameux sandwich aux multiples étages, garnis de porc Tonkatsu, d’une omelette japonaise, de fromage fondant et d’une purée de choux fleur est devenu tellement populaire qu’il a été propulsé dans le monde des grands très rapidement. Si vous prévoyez visiter Paris dans la prochaine année, je vous conseille fortement de faire une réservation dès maintenant question d’avoir la chance de déguster les mets de cette talentueuse brigade 100% nippone. Mais dans cet abri, on ne mange pas de ramen ni de sushi…bien sûr que le menu est influencé par l’origine de ses créateurs, mais il rend d’abord hommage à la cuisine française.

Au passage

Découvert grâce à mon guide favori, Anthony Bourdain (No Reservations, The Layover, et Parts Unknown), cette gargote typiquement française est un réel joyau. Secret bien gardé par les connaisseurs, Au passage, est caché dans une allé sombre et généralement déserte du 11e. Mais il ne faut pas avoir peur de s’aventurer malgré le manque de lumière et l’incertitude, puisqu’on finira par être récompensé par une ambiance animée et un service chaleureux. Au menu, des classiques infaillibles; charcuteries maison, viande braisée, cochon rôti ou alors assiette de délicieux poisson cru, ainsi que d’excellents vins à des prix déconcertants d’honnêtetés.

Semilla

Le Semilla fait partie de ces restaurants où il est difficile d’en sortir indemne. Sous la formule d’une cantine chic, l’atmosphère y est amicale…on y est bien, on mange bien, sans jamais se sentir gavé, on reste donc trop longtemps et sommes tentés de s’abreuver sans jamais vouloir s’arrêter. Et pour vous donner une autre raison d’y aller…c’est un des rares endroits dans le 6e arrondissement où l’on s’en sort avec une facture raisonnable… plutôt surprenant en fait considérant la qualité des plats et des vins.

Passerini

Sélectionné comme le meilleur restaurant de Paris en 2016 par l’équipe de Fooding, et nommé meilleur chef italien de Paris et peut-être même d’Europe par le célèbre critique gastronomique Alexander Lobranole Passerini est une valeur sûre. Piloté par le chef romain Giovanni Passerini, ce restaurant italien semble séduire les plus pointilleux avec l’extravagance et la qualité de ses pâtes artisanales.

Mersea

Tout nouveau, tout chaud, le Mersea vient de faire son apparition dans le quartier Montmartre. Derrière ce projet de « Fast-Good », tel que décrit par les critiques, Olivier Bellin, chef deux fois étoilé pour son restaurant Auberge des Glazicks à Plomodiern. Cette fois on a troqué les nappes blanches pour les tabourets et les lustres pour les néons, parce qu’ici, la spécialité c’est les Fish n’ Chips…un choix de 3 différentes panures et de 3 différentes sauces…il y en a pour tous les goûts!

Café de flore

Parce qu’un classique c’est un classique et que Paris inspire au kir d’après-midi assis sur une belle terrasse comme celle du Café de Flore à mater les passants « bobos » du quartier Saint-Germain-des-Prés. *Les desserts sont divins!

Bob’s Kitchen

Pour un lunch santé dans un des plus beaux quartiers. Le Bob’s Kitchen situé dans le Marais fait dans les salades gourmandes…et elles sont vraiment exquises!

L’as du falafel 

Nous sommes encore dans le quartier du Marais, mais cette fois on parle des meilleurs sandwichs aux falafels que j’ai mangés de ma vie. D’ailleurs ce petit comptoir familial est devenu un « Must », suggéré dans presque tous les guides touristiques, vous ne serez certainement pas les seuls à faire la queue pour ce délice de rue.

Chez les bonnes soeurs

Pour le brunch, c’est Chez les bonnes soeurs qu’il faut aller!

Mokonuts

Le Japon encore? Eh ben oui, ils sont bons que voulez-vous. En fait, le Mokonuts a été pensé par ce couple au parcours singulier, mais au bagage riche en culture. Omar est libanais et Moko est japonaise. Elle, se spécialise dans la pâtisserie gastronomique, et lui, compose de petits plats exquis teinté de ses origines du Proche-Orient, mais inspiré des ingrédients locaux saisonniers. Tâchons de nous y arrêter!

 

Logo Mes Petites Révolutions

*Pour suivre l’évolution constante et fulgurante de la ville lumière dans le domaine de la restauration, je vous suggère de consulter le site Fooding…je les adore! À noter qu’ils ont maintenant l’application à entrer au cellulaire!

*Et pour obtenir le merveilleux guide de Judith Ritchie  ou alors le guide Voir 2017 c’est ici…

        300 raisons d’aimer Paris 26.96$         Guides Voir Paris 31.46$

                     

 

 

Abonnez-vous pour recevoir les infolettres et pour avoir accès à du contenu exclusif!


*Tous les liens d’achat proposés sur Mes Petites Révolutions sont en affiliation, ce qui signifie que s’il y a une vente, j’obtiens une petite commission.

Mon top 13 des adresses gourmandes sur ParisAmazon | Archambault | Renaud Bray | Kobo

Pas de commentaire

Répondre

Vous allez peut-être aimer ces articles

Recettes gourmandes, coups de coeur culturels et récits de voyages!