Lorsque j’ai planifié mon voyage au Mexique cette année, et même au moment de réserver mon billet d’avion, je n’étais sur de rien, la seule chose dont j’étais certaine c’est que je passerais mon premier mois à la Casa Mocha à Puerto Escondido (article ici), mais ensuite je ne savais pas de quelle façon je choisirais de poursuivre mon voyage, puisque mon idée de départ était de partir pour 2 mois.

Malheureusement, le jour de ma fête, le 31 janvier, 3 semaines après mon arrivée au Mexique, je me suis ouvert le pied d’une façon vraiment trop insignifiante, mais la blessure était assez sérieuse pour qu’elle nécessite des points de suture et donc un temps de guérison loin de la plage.

À ce moment j’ai donc due prendre la sage décision de m’éloigner des facteurs “infectieux” du bord de mer et d’aller terminer mon voyage avec une semaine dans la grande capitale de Mexico dF.

Cette dernière semaine allait être réservée à une seule chose; manger. Mon but était de visiter le plus de marchés possible, de goûter au meilleur de la cuisine de rue, et de manger dans tous les bons restaurants de la ville. Mission accomplie! Ou presque! Mis à part le restaurant Pujol (25e meilleur restaurant au monde et #1 dans la ville de Mexico) où je n’ai pas réussi à m’introduire due à une liste d’attente de 3 mois, j’ai rempli mon mandat haut la main.

Previous
Next

Émilie aux pays des merveilles

J’ai attaqué ma semaine avec la visite d’un des plus grands et des plus vieux marchés de la capitale, et ce accompagné d’une blogueuse de bouffe et experte en tout ce qui attrait à la gastronomie du pays. Ce fut de loin le moment le plus excitant de mon voyage…j’ai sauté à pieds joints dans un océan de culture qui m’a éclaboussée en plein visage… et quelques flaques de jus de poisson par le fait même! Parfois il faut se salir les mains et les pieds pour faire de fascinantes découvertes! Le Mercado la Merçed est un monde magique, mon propre pays des merveilles! Je croyais avoir été désorienté et parfois troublé par les autres marchés que j’ai visités, mais je n’avais encore rien vue…même le marcher de Beijing peut aller se rhabiller.

Ici j’aurais voulu, soit avoir 8 yeux, ou bien être invisible question de pouvoir immortaliser avec ma caméra chaque “tableau” que je croisais. La vue de cette dame au sourire généreux, coiffée comme Marge Simpson, veillant sur son immense marmite de sorcière remplie d’un intriguant bouillon rouge. L’image de ce vieil homme dans un coin sombre du marché, qui semblait être gêné d’exister, recroquevillé au-dessus de ses paniers de friandises. L’émouvante fragilité d’une petite fille aux yeux verts, pieds nus et mains sales, assise par terre concentrée à dévorer sa quesadilla au fromage. Ou encore, le kiosque de la femme aux 1000 Moles, présenté comme une fresque; des montagnes de pâtes colorées et décorées avec art et habileté, absolument sublime!

Sans oublier que c’est à cet endroit que j’ai mangé les meilleurs tacos de ma vie! Pour l’absurde somme de 50 sous, on a droit à une tortilla d’une fraîcheur imbattable farcie avec du boeuf braisé toute la nuit dans un bouillon divin, des “crumbles” de chair de chorizo, quelques tranches de radis et de concombre, et la sauce piquante de notre choix…j’en rêve encore!

Si vous êtes moindrement curieux et gourmand, je vous conseille fortement, non, je vous OBLIGE, à participer à ce tour gastronomique lors de votre visite à Mexico dF. Voici donc le lien à suivre pour s’inscrire… ici.

 

Previous
Next

Conseils pratiques

Pour moi voyager c’est vivre une concentration de sensations inhabituelles. Je veux être déroutée, éblouie, désarçonnée, émerveillée, et même émue. Je veux rentrer à la maison avec une valise invisible remplie de belles images et de souvenirs sensationnels. Et de façon générale, ce genre d’expérience ne se produit pas dans un tout compris à Cuba, il faut sortir de sa zone de confort et parfois même accepter une certaine dose de frousse. Un Mexicain m’a dit; “C’est vrai ce qu’on dit sur la ville de Mexico, c’est extrêmement corrompu et très dangereux par endroit, mais c’est le prix à payer d’inquiétude pour découvrir toute la richesse qu’elle a à offrir!”. Et c’est vrai, Mexico dF a vue éclore des centaines d’artistes au talent unique, la gastronomie n’a pas d’égale et l’architecture est terriblement romantique.

Par contre, permettez-moi de partager quelques conseils que l’ont m’a donné et qui se sont avéré être très pratiques.

-Tout d’abord, éviter de prendre le métro. Comme dans plusieurs grandes villes du monde, le métro est la bourse des “pick pockets”, mais à Mexico on peut multiplier la norme par 20, au moins. Et puis si l’on est une femme, gare à nos fesses, il y a tellement eu de plaintes d’agressions sexuelles dans le métro, que la ville a décidé d’allouer deux wagons pour elles seulement.

-Ensuite, être prudent en traversant les rues, la priorité n’est pas aux piétons.

-Et finalement, s’équiper d’une puce de data pour mettre à l’intérieur de votre cellulaire et donc avoir accès à internet en tout temps parce qu’il est préférable de se déplacer en Uber. Ne prenez pas la chance de vous faire escroquer par les taxis standards.

Ma liste de coups de coeur:

-Nico’s, une institution en ce qui a trait à la cuisine traditionnelle

-Rosetta, un fabuleux restaurant italien

Lardo, de la même chef que le Rosetta, proposant cette fois une cuisine du moment de style méditerranéenne

-Contramar, pour le lunch. Un must: les tostadas au thon.

-Maison Belèn, pour les brunchs

-Lalo, pour les brunchs

-Churreria del moro, pour les churros décadents

-Lamantour, pour les délicieux cocktails

-Hotel Condesa dF, pour boire un cocktail sur le toit

-Mercado Ciudadela, un gigantesque marché d’artisanats pour les souvenirs

-Acario Inbursa, pour une session de « plongée » sécuritaire et sans peur, l’aquarium est toujours une bonne option, et celui de Mexico est extrêmement divertissant.

-Le musée de Frida Kahlo, cette maison où Diego Riviera et elle on vécu et créé pendant plusieurs années est remplie de magie

Hotel Condesa df, situé dans un des plus beaux et des plus sécuritaires quartiers de la ville, cet hôtel est exceptionnel!

Habita Hotel, extra moderne, avec une piscine magnifique, cet hôtel est une autre très bonne option au coeur du chic quartier Polanco.

Et pour finir, il faut essayer d’aller au Maximo Bistrot. Considéré comme l’un des meilleurs restaurants de la ville, il a dû fermer ses portes en 2013 lorsque la fille du chef procureur fédéral de la capitale s’est présentée sans réservation et a été possédé par une crise d’égo lorsqu’on lui a refusé une table. Menaçant le chef émérite d’avoir le pouvoir de fermer son établissement s’il ne lui trouvait une table, la fille à papa, est parvenu à envoyer les inspecteurs le lendemain matin pour mettre les clés dans la porte. Même si le restaurant est parvenu à rouvrir peu de temps après, cet incident a terni l’image du système politique mexicain. Le chef cuisinier s’est toute fois relevé de cette crise avec d’autant plus d’éclat…il mérite qu’on s’y arrête!

Pour ceux qui prévoit visiter la ville de Mexico, je vous suggère fortement de vous équiper du fabuleux guide qui suit…

 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram

Suivez moi!