Voyages

Thaïlande

5 octobre 2016
thailande

Novembre, 2008.

La Thaïlande c’est clairement un endroit stupéfiant, même sans s’offrir l’expérience transcendantale que doit être celle de fumer de l’opium dans un des villages hippies du nord du pays, on se sent constamment déconnecté de la réalité, explorant tout au ralenti, comme si nous étions les témoins d’un monde parallèle et insolite. En ce qui me concerne, le sentiment s’est amplifié dû à une série de facteurs inhabituels.

Tout d’abord, j’ai choisi la Thaïlande parce que c’était la première fois que je voyageais seule, et que tout le monde m’avait fortement conseillé d’opter pour ce pays étant donné qu’il est extrêmement facile d’y voyager. Et c’est tout à fait juste, il y a des voyageurs à chaque mètre carré et des boutiques de touristes aux deux portes. Sans compter que c’est super abordable et qu’on s’y sent en sécurité…c’est donc l’endroit idéal pour une jeune fille voyageant en solo.

Book fast and get $15* now with our cheap flight deals!

Bangkok

Je suis arrivée à Bangkok en pleine campagne électorale américaine…je vous invite maintenant à remonter vos yeux en haut de la page et à regarder la date de ce voyage.

Eh bien oui, j’étais en fait assise dans un petit pub du centre-ville de Bangkok avec une de leurs fameuses bières locales à la main lorsque Obama a été déclaré président des États-Unis. Malgré le fait qu’il y avait plus d’Allemands, de Belges, d’Australiens et de Suédois que d’Américains, une vague d’euphorie et d’exaltation a envahi la place comme si on venait d’annoncer la fin de la guerre. C’était un peu ça en fait, ou enfin, ce que nous croyions à l’époque.

Pour le reste de mon séjour dans la capitale, j’ai, sillonée les rues de marchands variés ; cuisine de rue, bijoux faits à la main, vêtements thaïs, et autres bidules de toutes sortes, visitée deux temples bouddhistes, laissée envoler 6 petits oiseaux blancs face au gigantesque bouddha en or, participée à un cours de cuisine traditionnelle et reçue plusieurs massages thaïs au prix modique de 4$ chaque.

p1020838-2 dsc01998-2 p1030095-2 p1020795 dsc01996-2 p1020754-2 p1020760-2dsc02004-2dsc02005-2 p1020782-2 p1020931-2 p1020900p1020699-2 p1020927-2  p1020775-2 p1020855-2 p1020724-2 p1030046-2 p1020903-2

 

Chiang Mai

Pour ce qui est de ma 2e destination, j’avais sélectionné Chiang Mai, qui se trouve à être au nord du pays. Pour m’y rendre ; j’ai choisi de prendre le train, parce que c’était l’option la plus abordable. Par contre, il faut être prêt à vivre une expérience, voire un choc culturel. Je vous explique : étant donné que le voyage prend 10 heures, il est préférable de réserver une couchette, ce que j’ai fait. Par contre, à mon réveil, la petite fille en moi qui n’était, jusqu’à ce jour, jamais vraiment sortie d’elle même, en a eu pour son argent. Au moment où j’ai ouvert cet insignifiant petit rideau qui me séparait du reste des voyageurs, j’ai eu l’impression d’avoir été projeté dans un camp de concentration, premièrement parce que j’étais entourée d’Allemands, et ensuite parce que j’avais le sentiment qu’on m’avait volé ma dignité. On me dévisageait sans retenue, me scrutait en silence. J’ai donc pris une bonne respiration, en silence, avalé ma salive matinale, essayé d’aplatir ma tignasse qui n’aidait en rien à mon image d’animal fraîchement capturé, tenté de mettre mes verres de contact, ensuite ma brassière (comme à l’école secondaire), et finalement, enfiler mes gougounes pour me rendre aux toilettes tout ça face à une audience pesante et assoiffée. Alors les toilettes de train en Asie, il ne faut pas se faire d’illusion, c’est la prison. Un trou au sol, et c’est tout. Pas d’eau, ni papier de toilette. J’aurais volontiers pris une poignée aussi, question d’éviter de me pisser dessus. Pardonnez mon manque de filtre, je m’adapte à mon environnement, que voulez-vous.

Au moment où je suis arrivée à mon hôtel, j’ai remercié mon inconscient qui avait pris la peine de réserver un 4 étoiles sachant que j’en aurais besoin (ce sera le seul de mon voyage m’étais-je dite). Un petit havre de paix, avec un jardin intérieur et des fleurs partout, escaladant les façades du restaurant où j’ai mangé une extraordinaire salade au poulet et à la citronnelle, que je parviens encore à goûter, 8 ans plus tard, c’est vous dire.

Mes 5 jours à Chiang Mai auront ressemblé à ceci :

Une journée à moto à travers la spectaculaire montagne de la dite ville, la visite d’un somptueux temple bouddhiste perché sur une colline bucolique, une promenade à dos d’éléphant, la visite d’un petit marché d’insectes frits, grillés ou enrobés de sucre, une marche à travers le village d’une tribu de longs-cous, et un après-midi au zoo le plus divertissant que j’ai vu de ma vie. J’ai également vécu la fabuleuse expérience d’un marché de nuit ; nombreux petits kiosques colorés; musiciens, peintres, sculpteurs, et des femmes qui cuisinent des mets tous plus alléchants les uns que les autres. Ensuite, j’ai pris des cours de yoga, visité une serre d’orchidées (absolument magique), fait du trekking pour aller me baigner dans une petite chute secrète, 
fait une expédition en Rafting, à pagayer à contre-courant, résultat : tendinite
fâchée et bobette mouillée. Et pour terminer, j’ai assisté aux célébrations de la fête nationale ; une rivière décorée par des petits paniers de fleurs et de chandelles, un ciel illuminé par des milliers de lanternes volantes et des feux d’artifice festifs pour conclure la soirée, et mon voyage à Chiang Mai par le fait même.

p1020765-2 p1030025-2 dsc02077-2 p1030014-2 p1030290 p1030281p1030287

p1030277-2dsc02079 p1020827-2p1030063-2 p1030132-jpg-2  p1020714-2 p1030182-2 p1020761-2

 

Phucket

Le lendemain j’ai pris l’avion pour me rendre à ma troisième destination : Phucket. Situé au centre de l’île de la Thaïlande du côté de la mer Andaman. Phucket est de loin, le village le plus touristique, le plus bruyant, et le plus « Douche bag » du pays. On pourrait facilement rebaptisé l’endroit par « Le Miami de la Thaïlande »… Musique « Boum Boum » 24 heures sur 24, néons de style Las Vegas à 
profusion, réseau public de prostitution étendu sur toute l’île (jeunes hommes, jeunes femmes, Ladyboy, etc.), Mcdonalds, Starbucks, spectacles de clowns et d’acrobates dans la rue, vendeurs de cocaïne criards, et bien entendu, gang d’Américains soûls qui parlent fort et qui adorent se faire prendre en photo sous tous les angles en se montrant les muscles de préférence!!

Deux jours plus tard, je montais à bord d’un bateau pour m’amener à Ko Phi Phi, petite île vraiment trop sympathique…. la  randonnée en bateau a été pénible…70 tomates séchées au soleil dans 
un espace ne pouvant contenir que 25 tomates séchées au soleil, sans compter les « Packsacs » bourrés, entassés l’un sur l’autre!! (J’ai vidé  
mon tube de crème solaire……mais sans que ça en vaille vraiment la peine….j’ai quand même hérité d’un dos rouge écarlate). Par contre, la destination est parvenue à me 
réconcilier avec la traversée…Ko Phi Phi est une petite île paradisiaque bordée de plages de sable blanc et d’eau turquoise, des 
formations de rochers s’élèvent de cette mer en donnant à la vue un attrait encore plus exotique. Le centre de la ville de kho phi Phi est conçu comme un labyrinthe, petites rues bondées de boutiques de plongées sous-marines, de bureaux de tourisme, de comptoirs de bijoux et de petits 
cafés extra coquets. Les visiteurs de cette île me ressemblent beaucoup plus…simple et relax!! J’y ai dégusté mes meilleurs repas jusque là..Bar entier grillé au beurre et à l’ail, Steak de thon cuit à la perfection, assiette de poulet et de cajous épicés, et fabuleux Pad Thaï.

p1030409-2p1030408-2

 

Ko Lanta

Cinq jours plus tard, je rembarquais dans un bateau, cette fois pour me rendre à Ko Lanta, une île péninsulaire un peu plus au sud de Kho Phi Phi, et qui se distingue sérieusement du reste de la Thaïlande. Différente parce que c’est le seul endroit où j’ai senti que l’histoire et la culture n’avaient pas été englouties par le touriste. L’île est habitée par une communauté majoritairement musulmane; visages ronds, peaux foncées, et quelques-uns 
d’entre eux portant même encore le voile! Ici, ont vit de la culture des hévéas (arbres à caoutchouc), des bananiers, et un peu de la pêche à la crevette…20 000 habitants hyper décontractés et tous plus souriants les uns des autres. À Ko Lanta les plages sont longues, faites de sable blanc et sont dénudées de touriste (en tout cas au moment où j’y étais). J’ai dormi dans un bungalow en bambou entouré de petits bassins remplis de poissons multicolores et d’un jardin d’oiseaux du paradis, et j’ai mangée un repas splendide assise sur de gros coussins mous à l’intérieur d’un petit gazebo monté sur pilotis faisant face à la mer…pas moche du tout ! Je conserve que de doux souvenirs de cet endroit!

dsc02111-2dsc02113-2dsc02134-2

 

Kho Lipe

Après deux jours, l’hyperactive en moi, se devait de refaire ses valises une fois de plus pour aller découvrir un autre paradis, malheureusement il y a toujours un prix à payer… 4 heures à bord d’un speedboat ! Encore une fois, nous étions au moins 10 fois trop pour la capacité de cette chaloupe à moteur, ce qui a rendu mon voyage quelque peu 
désagréable; une demie fesse accotée sur un siège à essayer de garder l’équilibre tout en gardant mes coudes bien serrés pour ne pas toucher à mon gros voisin plein de mayonnaise qui puait la transpiration autant qu’un adolescent en rut dans un autobus à l’heure de pointe, et à garder mes yeux fermés pour ne pas perdre mes verres de contact, parce que nous nous faisions tellement arroser que nous étions mouillés comme si nous avions sauté tout habillé dans la mer! Mais bon, une fois de plus, quand finalement mes yeux se sont ouverts et que j’ai aperçu ce petit archipel qui  était ma destination finale, tout tracas s’est envolé comme par magie…….un véritable oasis!!  Kho Lipe est une toute petite île à la frontière de la Malaisie. Les habitants sont des Chao Ley, ils 
venaient à peine d’ouvrir leurs portes au tourisme quand j’y suis passée, ce qui faisait qu’il n’y avait pas beaucoup d’auberges et les plages étaient pratiquement désertes…c’était parfait ! Ici, contrairement à Kho Phi Phi, on s’endormait avec le fond sonore des vagues et du vent faisant danser les palmiers et non celui de la musique techno des discothèques qui ne ferment jamais avant 5-6 heures du matin. Je me sentais vraiment au paradis! C’est à Kho Lipe que j’ai vécu ma première vraie expérience de Snorkeling, et pour les plongeurs à bombonne snobs, qui dénigre cette activité, je vous demanderais de bien vouloir lire ce qui suit…

 

Le Snorkeling

Saviez-vous que nous n’avons pas besoin d’embarquer à bord d’une  navette spatiale pour découvrir une autre planète?

On y a accès seulement par un masque et un tuba……on les enfile, on se jette à l’eau (de préférence dans un milieu exotique) on penche la tête et nous voilà plongés dans un univers si loin du nôtre…un spectacle absolument merveilleux, des couleurs quasi inconcevables, en tout cas je ne les avaient jamais observées dans ma charte de nuances… un monde surréel…..des centaines d’espèces de poissons plus flamboyants et plus éblouissants les uns des autres, des anémones dansant au rythme du courant et nouées à leurs coraux tous aussi radieux. J’ai été médusée pendant près d’une heure, à en oublier le froid qui s’emparait de toute sensibilité dans mes extrémités, complètement envoûtée par tous ces extras terrestres marins, à admirer les oursins, qui, je sais, semblent si ordinaires au comptoir d’un restaurant de sushis, mais qui, dans leur milieu naturel, prennent toute une autre allure…..je parle d’une créature qui est si inhabituelle qu’elle donne l’impression d’être mécanique ou électrique; une boule noire entourée d’épines très longues qui vacille tranquillement et qui dans son centre abrite un point bleu saphir et lumineux, à côté de ce point se trouve, ce que je présume être un oeil, un genre d’alvéole fuchsia qui me regarde sans cesse… il a l’air de dire: » Qui es-tu être étrange et gigantesque? Que fais-tu dans mon habitat? »… OK! J’ai de l’imagination vous me direz, mais ce monde presque « cartoonesque » me mets dans un état enfantin…j’ai envie de donner des noms à tous ces personnages marins et je me surprends même en train de chercher Nimo!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mis à part mon voyage dans une autre galaxie, Kho Lipe m’a offert des soirées absolument magiques… des soupers assise sur la plage d’un petit restaurant de pêcheurs, éclairé par quelques chandelles, dégustant le poisson le plus délicieux et surtout le plus frais de l’histoire, pieds nus dans le sable chaud sous une pleine lune ardente… féerique!

dsc02161-2dscn2637-2dsc02168-2dsc02166

 

Krabi

Quelques jours plus tard, j’ai tristement dit au revoir à Kho Lipe pour partir rejoindre ma prochaine destination, Krabi. Une province qui s’éloigne en tous points de la lente et béate petite île de Ko Lipe…en fait Krabi se rapproche beaucoup plus du Maine (genre Ogunquit), mais j’ai apprécié arriver dans un hôtel ou j’ai pue prendre une douche chaude et dormir dans un lit décent, sans petits visiteurs nocturnes.

dsc02100-2dscn2712

Malgré la pluie qui a commencé le lendemain de mon arrivé, je me suis promenée à travers la ville à explorer les petites boutiques, me suis encore gâté d’un ou deux massages beaucoup trop abordables, suis allé m’asseoir dans un petit café « grano » pour regarder les escaladeurs impressionnants grimper la façade dangereusement à-pic, et dansé le Reggae sur la plage jusqu’aux petites heures du matin. Ensuite, le voyage a commencé à se gâter, nous avons appris qu’il y avait un coup d’État à Bangkok, qu’il y avait des manifestants anti gouvernement qui bloquait l’aéroport et donc que tous les vols étaient annulés pour une période indéfinie. C’est à ce moment que j’ai due réévaluer mon voyage…en 24 heures j’ai décidé de quitter la Thaïlande et la pluie par le fait même, et de partir en Indonésie. Loin de moi problèmes politiques, mousson, et autres désagréments! Mais avant mon départ, j’ai tout de même eu envie de finir ça en beauté, j’ai donc participé à un tour organisé, cette fois, qui m’a amenée à voir des bains chauds naturels, une piscine de cristal dans le milieu de la jungle, une plantation d’arbres à caoutchouc, et un temple perdu dans les montagnes où, moines bouddhistes et singes se partagent les lieux avec harmonie. Absolument sublime! Maintenant, Bali, here i come!

 

Logo Mes Petites Révolutions

Pour connaître la suite de ce voyage, je vous invite à lire mon article sur Bali.

Et pour ceux qui prévoit visiter la Thaïlande, je vous propose le guide Le Routard 2017, en vente dans le lien ci-bas…

THAÏLANDE 2017 22.46$

THAÏLANDE 2017 22.46$



Abonnez-vous pour recevoir les infolettres et pour avoir accès à du contenu exclusif!


*Tous les liens d’achat proposés sur Mes Petites Révolutions sont en affiliation, ce qui signifie que s’il y a une vente, j’obtiens une petite commission.

ThaïlandeAmazon | Archambault | Renaud Bray | Kobo

2 Comments

  • Reply Carole 5 octobre 2016 at 23:53

    C’est merveilleux de refaire ce voyage àvec toi!

  • Reply Bali/voyage culturel/expérience vie/blogue lifestyle 26 avril 2017 at 17:22

    […] Thaïlande […]

  • Répondre

    Vous allez peut-être aimer ces articles

    Recettes gourmandes, coups de coeur culturels et récits de voyages!